Inventaires de contenu semi-automatiques

Les inventaires de contenu complets et à jour permettent de savoir ce qui se trouve sur votre site en permanence. Il y a d’autres avantages. On peut aussi répondre à des questions pointues et utiles pour établir de meilleures pratiques éditoriales. Par exemple, l’inventaire de Pompage.net permet de connaître le temps écoulé entre la publication d’un article et la publication de sa traduction. De même, cette information peut être mise en relation avec les statistiques de fréquentation pour savoir si l’âge d’un article a un effet sur la popularité de sa traduction.

Un tableur est souvent la solution qu’utilisent les praticiens pour les inventaires de contenu. On le structure comme suit: une ligne par page ou par composant et des colonnes telles que l’URL actuelle, le titre, la date de publication, la catégorie, les mots-clés et les tags, ainsi que tout ce qu’on jugera bon d’ajouter. Comme ceci:

En réalité, l’utilisation d’une feuille de calcul est un peu un hack. Les tableurs ne sont pas vraiment fait pour contenir autant de texte. Ce choix se défend, pourtant. Les gestionnaires d’entreprise et les clients maîtrisent bien ces programmes et ils permettent de gérer les dates, les indices de lisibilité et les statistiques de fréquentation. De plus, il existe de nombreux modèles d’inventaire avec macros en circulation.

Beaucoup d’inventoristes aiment travailler en parcourant le site eux-même avec un navigateur et copier-coller les infos dans les bonnes cases. Réaliser le travail à la main en faisant du copier-coller permet de se familiariser avec le contenu. De cette façon, l’inventoriste devient vite la personne qui connait le mieux le contenu du site dans l’équipe.

De plus, arriver au bout d’un travail aussi titanesque procure un sentiment d’héroïsme. On aura aussi l’impression d’avoir acquis un certain crédit au sein de l’équipe. Pourtant, les développeurs et chefs de projet auxquels je suis confronté sont loin d’être impressionnés par l’idée de copier-coller 205+ titres d’article, dates de publication, etc. Ils trouvent cela peu élégant (comme une attaque de force brute) et idiot. Ce qui les intéresse, en général, c’est trouver une manière plus efficace de faire les choses. On se tourne volontiers vers XENU Link Sleuth et autres vérificateurs de liens qui peuvent exporter leurs listes. Malheureusement, ces outils ne sont pas non plus bien adaptés et reportent trop peu d’informations.

La bonne nouvelle est qu’il existe des crawlers dédiés aux inventaires de contenu maintenant. Ils sont encore en betâPageTrawler n’inventorie que les 50 premières pages du site en échange de votre adresse e-mail et de votre nom. Pas super. Pour le même prix (votre nom et votre adresse e-mail), vous pouvez être invité à utiliser l’outil d’analyse de contenu de Content-Insight sur 10’000 pages pendant 30 jours. L’inventaire de Pompage qui a 205 entrées m’a pris tout un week-end à faire à la main. Pour faire le test, je l’ai refait avec CAT. L’outil automatique m’a rendu un résultat en quelques minutes.

Dans celui-ci, il manque quelques colonnes spécialisées, mais les images et autres fichiers sont tous répertoriés séparément des articles dans lesquels on les utilisent. Et puis, on peut l’exporter dans un tableur pour ajouter les données manquantes et obtenir un résultat identique à l’inventaire du haut.

Les inventaires automatiques et semi-automatiques sont utiles et permettent d’accélérer le mouvement mais il ne faut surtout pas se contenter de lancer le crawler et ensuite donner les données bruts à vos collaborateurs ou vos patrons. Jamais.

S’ils peuvent s’occuper de l’aspect quantitatif, l’aspect qualitatif de l’inventaire reste votre responsabilité. L’ajout de données comme les tags et les catégories ou encore lire le contenu pour en mesurer la qualité et le ton est très important pour pouvoir répondre à des questions sur la structure du site, la qualité ou la ligne éditoriale du contenu.

About these ads

Une réflexion sur “Inventaires de contenu semi-automatiques

  1. Ping : Pseudonyms on Facebook | Climb to the Stars

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s